«

»

Kas 18

Un ouragan nommé Maria

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Gangbang

Un ouragan nommé MariaElle s’appelait Maria. Elle avait 26 ans. Neuf ans de moins que moi. Je l’avais rencontrée dans un petit bar en centre-ville grâce à une connaissance commune. Je l’avais sentie un peu perchée, mais je la trouvais jolie. Elle a passé la nuit chez moi. Ses trucs préférés étaient la 69 et la levrette.Au petit matin, elle s’est éclipsée, mais dans le courant de la journée elle m’a envoyé un SMS pour savoir si j’étais chez moi. Elle est revenue et nous avons de nouveau baisé.Le lendemain, idem : un SMS.Maria était au chômage et vivait à deux pâtés de maisons de chez moi. Elle avait les cheveux noirs, mi-longs, la peau très claire et de grands yeux de poupée naïve. D’adorables petits seins coniques et une assez bonne paire de hanches. Elle suçait divinement bien et nous baisions sans protection.En quelques jours, elle a pris ses marques chez moi. Je n’y ai pas vu d’inconvénient. Au bout d’une semaine, elle a même mis une de ses culottes à sécher sur mon fil à linge. Il y a des signes, comme ça…Elle aimait boire, comme moi. Elle aimait la musique, la littérature, le cinéma, comme moi. Et, comme moi, elle aimait baiser.Mais cette histoire prit un tournant inattendu au bout de trois semaines, un soir où Maria est arrivée chez moi avec un air mi-triste, mi-inquiet.Quand je lui demandai ce qui se passait, elle me répondit :« Je pense qu’il vaut mieux qu’on en reste là, toi et moi. »« Tu es sérieuse ? »« Oui. »« Mais pourquoi ? »Elle a soupiré et m’a répondu en regardant ailleurs :« Parce que je suis incapable d’être fidèle. »J’ai cherché son regard et j’ai dit :« Tu as une autre relation ? »Elle a haussé l’épaule et dit :« Je n’arrête pas. »« Qu’est-ce que tu n’arrêtes pas ? »Elle s’est assise dans le canapé du salon et a croisé les cuisses, puis les bras, en disant :« D’avoir des relations. »Je me suis assis à côté d’elle et je lui demandé :« Explique-moi. »« Ben… a-t-elle fait. Je viens d’en avoir une, par exemple. Avec un mec qui m’a abordée dans la rue. »« Continue. »Elle a de nouveau soupiré et dit :« On a discuté, et puis on a été chez lui. »« Tu as couché avec nevşehir escort lui ? »« Oui. »Je me suis subitement mis à bander, inexplicablement. Je n’ai rien ajouté. J’ai observé Maria qui ne me regardait pas. Elle portait une petite chemise blanche, un pantalon de toile beige et des nu-pieds. Elle venait visiblement de se faire sauter, et moi je bandais.Je suis allé dans la cuisine et j’ai rapporté deux verres de vin blanc. Elle m’a remercié et j’ai allumé une cigarette. J’ai tiré trois fois dessus avant de me décider à lui dire :« Et si je te réponds que ça ne me dérange pas ? »Elle s’est tournée vers moi et elle a dit :« Tu es sérieux ? »« Oui. »Elle a fait une tête bizarre, puis ajouté :« Et si je te dis qu’hier après-midi j’ai couché avec un de mes ex, ça ne te dérange pas ? »J’ai réfléchi. J’ai tiré deux taffes et j’ai répondu :« Non. »Maria a continué :« Et si je te dis que je passe mon temps à avoir envie de baiser, ça ne te dérange toujours pas ? »J’ai fait non de la tête. Je bandais toujours.Maria s’est mise à sourire et elle a dit sur un ton très sérieux :« Antoine, j’ai tout le temps envie de baiser. Tout le temps. J’aurais dû te prévenir dès le deuxième jour. J’ai en permanence envie de me foutre à poil devant des hommes et de sucer des bites. »Je l’ai regardée prendre une gorgée de vin, reposer son verre, puis se tourner vers moi. Je ne souriais pas. Je la trouvais encore plus jolie que les autres fois et je me suis surpris à me demander si elle avait pris une douche après avoir baisé, avant de venir chez moi pour m’annoncer qu’il valait mieux qu’on en reste là.Calmement, en la regardant dans les yeux, je lui ai dit :« Fous-toi à poil et empale-toi sur ma queue. »Tout en baisant dans ce canapé, nous avons continué à parler. J’étais assis et Maria s’était empalée en me tournant le dos. Mon regard ne quittait pas ses fesses en mouvement et ma queue qui lui bourrait la chatte. A un moment donné, j’ai dit à Maria :« Y a-t-il des jours où tu ne baises pas ? »Elle a répondu :« C’est rare. »Je lui ai cramponné un nichon et j’ai dit :« Y a-t-il des jours où tu kozaklı escort te prends plusieurs bites ? »Elle a aussitôt répondu :« Quasiment tous les jours. »Je lui ai dit :« Salope. »Elle n’a rien dit. Son cul cognait le haut de mes cuisses et je sentais que je n’allais pas tarder à éjaculer.J’ai repris en disant :« Si je te dis que ça m’excite que tu passes ton temps à avoir envie de baiser, tu me crois ? »Elle a mis quelques instants à répondre :« Oui. »J’ai continué :« Si je te dis que ça m’excite que tu te sois faite sauter juste avant de venir chez moi, tu me crois ? »« Oui. »« Si je te dis que j’aime t’imaginer en train de te foutre à poil devant d’autres mecs, tu me crois ? »« Oui. »Ma bite était dure comme du bois dans sa chatte, et je n’en finissais pas de mater son cul et ma queue qui s’enfonçait par intermittence dans sa moule qui était trempée.J’ai continué :« Si je te dis que j’ai envie de te voir te foutre à poil devant un mec, tu me crois ? »Un temps de réflexion, puis Maria a gémi :« Oui. »« Tu en as envie ? »« Oui, si tu veux. »J’ai dit :« Je le veux. Avec qui veux-tu le faire ? »Elle a réfléchi pendant quelques secondes, puis elle a dit :« N’importe qui. Un inconnu, un ex, un pote à toi… »« Tu te ferais sauter par un pote à moi sous mes yeux ? »« Oui. »« Tu te mettrais à poil, tu le sucerais, il te boufferait la chatte et il te pénétrerait devant moi, sans capote ? »« Oui, a dit Maria. Quand tu veux. »J’ai déchargé au fond de sa chatte et elle a hurlé de plaisir en jouissant.Le lendemain soir, en me masturbant, j’ai regardé mon pote Thomas pénétrer la chatte de Maria au bord de mon lit. Au bout d’un moment, elle m’a sucé et je lui ai tripoté les seins, puis j’ai vu le sperme de mon pote gicler sur la chatte de Maria. Deux jours plus tard, Maria est arrivée chez moi en compagnie d’un homme qui avait au moins quinze ans de plus que moi. Il s’appelait Serge et je l’ai regardé bouffer la chatte épilée de Maria. Ensuite, il lui a mis sa queue, sans capote. Pour finir, il a éjaculé dans sa bouche et je me suis branlé en voyant le sperme ürgüp escort qui coulait sur le menton de cette fille que j’ai traité de petite salope à ce moment-là.Le lendemain, nous sommes allés boire des verres dans un troquet de quartier tous les deux. Maria avait choisi une robe très légère et nous sommes rentrés chez moi en compagnie d’un mec plus jeune que moi, légèrement plus âgé que Maria. Il l’a sautée sous mes yeux et il a déchargé sur ses nichons tandis que je giclais au bord de sa langue, synchro.Une autre fois, un homme a reconnu qu’il n’était pas capable de le faire devant moi, alors j’ai laissé Maria l’emmener dans mon lit pour qu’il la saute sans que je sois là. Après son départ, j’ai rejoint Maria dans ma chambre et je l’ai sautée en lui demandant de me raconter.Et j’ai pris goût à ce genre de trip : Maria qui se faisait sauter sans que je soie là, dans la pièce à côté. Nous l’avons fait souvent. Je ne sais pas combien de fois au juste. Je savais qu’elle se mettait à poil dans la pièce voisine, puis qu’elle suçait une bite et se faisait lécher la chatte avant de se faire pénétrer, et moi je me branlais, ou alors je me contentais de fumer des cigarettes et de boire des verres, en attendant qu’ils aient fini.En attendant d’aller sauter Maria.Nous sommes ensemble depuis quatre ans.Entre temps, nous nous sommes tournés vers les couples, sans cesser pour autant d’accueillir des hommes seuls chez nous. Pendant que Maria se fait sauter dans la chambre, je me tape la femme du mec. Nous n’avons pas de préférence d’âges. La semaine dernière, j’ai sauté une femme qui avait onze ans de plus que moi. La veille, je l’avais fait avec une étudiante asiatique de 19 ans, venue chez nous avec son prof de socio qui avait une cinquantaine d’années.Ce soir, nous allons intervertir les rôles. Maria est très ouverte d’esprit. Je vais me taper la même étudiante asiatique dans ma chambre. Son prof ne sera pas là. Maria attendra dans le salon qu’on ait fini de baiser. Ensuite, elle fera peut-être l’amour avec l’étudiante, et je les regarderai se gouiner tout en prenant un verre et en fumant une cigarette.Nul n’est la propriété de quiconque ici-bas.Seul le présent importe.Le présent et le plaisir qu’on peut tirer de la vie.Le tout consiste à demeurer ouvert d’esprit.Nous avons tout à y gagner, et si peu à y perdre, en fin de compte.:::

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

Şu HTML etiketlerini ve özelliklerini kullanabilirsiniz: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

kartal escort tuzla escort istanbul travestileri istanbul travestileri ankara travestileri adapazarı escort adapazarı escort izmir escort izmir partner escort seks hikayeleri kartal escort kayseri escort malatya escort bayan kayseri escort bayan eryaman escort bayan pendik escort bayan tuzla escort bayan kartal escort bayan kurtköy escort bayan ankara escort gaziantep escort ortaköy escort gaziantep escort izmir escort bayan izmir escort canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis canlı bahis bursa escort görükle escort bursa escort webmaster forum